Les sacrements

Une vie au cœur de l'Église

Les sacrements sont des signes visibles de la présence bienveillante de Dieu parmi nous. Ils balisent les grands moments de notre vie, dès la naissance et jusqu'au dernier souffle. Bien plus que des étapes à franchir pour atteindre un but précis, ils sont l'expression des cœurs en fête qui célèbrent les dons que Dieu fait aux hommes.

Le baptême

Être baptisé, c'est naître à la vie chrétienne, accueillir Dieu comme un Père plein d'amour et se reconnaitre comme son enfant.

La confirmation

Être confirmé, c'est choisir de mettre sa relation avec Dieu au cœur de sa vie. C'est accueillir l'Esprit Saint.

L'Eucharistie (communion)

Eucharistie, pain de vie, hostie... plusieurs mots, une même réalité : Dieu est vivant, présent, et il se donne en nourriture.

Le sacrement du pardon

Demander pardon et pardonner... c'est vital! Dieu accueille toujours ceux qui viennent à lui avec un cœur sincère.

Le mariage

L'amour, il n'y a rien de plus beau! À l'Église, les époux s'engagent l'un envers l'autre, et devant Dieu qui bénit l'union de ceux qui s'aiment.

L'ordination

Tous les chrétiens sont appelés par Dieu à une vie extraordinaire. Parmi eux, certains répondent à l'appel de devenir diacres ou prêtres.

L'onction des malades

Lorsque l'épreuve de la maladie s'installe, ce sacrement de réconfort rappelle que Dieu ne nous laisse jamais seuls.

23 juin 1951

Est la date où le Pape Pie XII érige le diocèse.

Le sacrement du

Baptême

Le mot baptême vient d’un verbe grec qui signifie « plonger, immerger ». Être baptisé, c’est être plongé, avec le Christ, dans sa mort et sa résurrection. Marqué du signe de la croix, le baptisé est plongé dans l’eau pour renaître à une vie nouvelle. Ainsi, il naît à la vie chrétienne et reconnaît qu'il est enfant de Dieu, membre d'une famille universelle : l'Église.

Le baptême d’un bébé

Lorsque des parents veulent faire baptiser leur bébé, ils doivent en faire la demande auprès de leur paroisse, qui les guidera dans la préparation de cet événement. En choisissant le baptême, les parents offrent à leur enfant le cadeau de la foi et expriment leur souhait de l’élever dans la connaissance de Dieu et les valeurs chrétiennes. Les parrain et/ou marraine accompagnant les parents dans cette aventure, ils doivent avoir reçu le sacrement de la confirmation, affirmant leur foi en Dieu, avant la célébration du baptême de l’enfant.

Le baptême d’un enfant d’âge scolaire, d’un adolescent ou d’un adulte

On peut demander le baptême à tout âge. Un cheminement  catéchuménal est proposé pour s’y préparer, découvrir la foi chrétienne et y adhérer. Il s’agit de catéchèses adaptées à l'âge et à la maturité de la personne que l’on nomme alors catéchumène, en référence à ceux qui cheminaient pour être admis dans les toutes premières communautés chrétiennes.

Pour toute demande relative au baptême, veuillez contacter la personne responsable de votre paroisse.

Le sacrement de

l'eucharistie

Le terme Eucharistie (en grec ancien eukharistia ) signifie “action de grâce”. L'Eucharistie désigne à la fois la célébration liturgique où l'on rappelle  la mort et la résurrection de Jésus (la messe), et aussi le pain et le vin consacrés que l'on partage à la  communion. On s'approche  de l'Eucharistie avec grand respect. Elle est, pour les chrétiens, la présence réelle du Seigneur Jésus.
Contrairement au baptême et à la confirmation qui n'arrivent qu'une fois dans une vie, le sacrement de l'Eucharistie se reçoit une première fois (la première communion), puis lors de chaque messe où l'on choisit de communier par la suite, tout au long de la vie. 

Entre 8 et 13 ans

La première communion fait partie des sacrements de l’initiation chrétienne. Pour que leur enfant fasse sa première communion, les parents doivent contacter leur paroisse et inscrire leur enfant dans un parcours de catéchèse. Cette démarche préparatoire, généralement vécue en groupe, permet aux enfants de faire leurs premiers pas dans la foi, et de comprendre l'essentiel du sacrement qu'ils s'apprêtent à recevoir.

14 ans et plus

On peut vivre sa première communion à tout âge. Un adolescent ou un adulte qui exprime le souhait de vivre sa première communion doit contacter sa paroisse et y vivre une démarche catéchuménale, un cheminement adapté à son âge et sa réalité, afin de se préparer à ce sacrement.

Pour toute demande relative à la première communion, veuillez contacter la personne responsable de votre paroisse.

Le sacrement

du pardon ou de la réconciliation

Le sacrement de la réconciliation est le signe de l'amour infini de Dieu. Le pardon de Dieu est toujours possible en faisant une démarche vraie et sincère.

Qu’est-ce que le péché ?

Le péché est un manque d´amour envers Dieu, envers son prochain et envers soi-même. C´est une action, ou une intention, voire une parole dite, en toute liberté, pour commettre le mal. Il entraîne, pour celui qui l´a commis, un éloignement de la justice et de la vérité. Il entraîne une rupture de l’Alliance que Dieu a faite avec chacun d’entre nous au jour de notre baptême. Nous sommes tous pécheurs, nous commettons tous des fautes, des péchés. Parce que Dieu nous veut libres du poids du péché, il est toujours prêt à pardonner. Par le sacrement du pardon, Dieu efface les péchés que nous venons confesser.

Comment se confesser ?

La confession, c’est la reconnaissance, l’aveu de notre faute qui a causé une rupture d’alliance avec Dieu. La réconciliation, c’est l’acte gratuit par lequel Dieu nous pardonne nos péchés et nous réintroduit dans sa paix. La pénitence, c’est l’acte de réparer la faute commise. On reçoit le sacrement du Pardon pour la première fois un peu avant de vivre la première communion. Comme cette dernière, on peut le recevoir plus d’une fois, chaque fois que le besoin s’en fait sentir. Il suffit de prendre contact avec le prêtre de sa paroisse, et de lui en faire la demande. Ce sacrement se vit dans la plus grande confidentialité, et dans un profond respect. Il ne faut pas en avoir peur, c’est une grâce!

Pour toute demande relative à ce sacrement, veuillez contacter votre paroisse.

L'Église se fera un plaisir de vous accompagner dans ce nouveau projet de vie.

Le sacrement du 

Mariage

Le mariage chrétien, c’est l’engagement de deux êtres qui s’aiment avec leur part de mystère de ce qu’ils sont, de ce qu’ils désirent et de ce qu’ils aiment. C’est aussi un homme et une femme qui s’engagent l’un envers l’autre et envers Dieu à vivre un amour libre, fidèle, fécond et durable. Toutefois, un mariage n’est pas réussi seulement s’il dure, mais sa qualité est importante. Rester ensemble et savoir s’aimer pour toujours : voilà le défi des époux chrétiens. (Extrait du dialogue entre le pape François et les fiancés, dire « oui » pour toujours? C’est possible!, 14 février 2014)Quel beau défi de durer dans un monde ou tout est souvent jeter après usage. Mais lorsque l’engagement est fait en toute liberté, rien ne pourra le briser. Les époux s’aimeront au-delà de la mort. Ainsi, le mariage repose sur un amour véritable dans lequel Dieu nous invite à être collaborateurs et co-créateurs de la vie qui se présente à nous. De ce, des enfants peuvent naître dans l’amour que l’homme et la femme se vouent l’un à l’autre, et ce, pour la vie entière.

La célébration du mariage à l’Église

Un mariage, ça se prépare! Un mariage sacramentel, ça se prépare aussi. Une session de préparation au sacrement du mariage vous sera proposée quelque temps avant le grand jour. La célébration du mariage, quant à elle, doit se tenir dans l'un des lieux de culte autorisés par l’évêque du diocèse. Vous pouvez discuter avec la personne qui présidera la célébration de votre mariage des détails de la célébration en n’oubliant pas qu’il s’agit d’une cérémonie religieuse. Les choix de textes et de musique doivent respecter cette dimension, mais cela ne vous empêche pas d’apporter une touche personnelle.
Vous voulez planifier votre mariage à l'église, contactez la personne responsable de votre paroisse.
Le sacrement

de l'ordre

L’Ordre est le sacrement grâce auquel la mission confiée par le Christ à ses apôtres continue à être exercée dans l’Église jusqu’à la fin des temps: il est donc le sacrement du ministère apostolique.

Le diaconat

Le diacre est un homme marié qui, avec l’accord de son épouse et de sa famille, accepte de dévouer sa vie au service du peuple de Dieu, au nom de l’Église catholique, en devenant un ministre ordonné de cette Église. Son modèle par excellence est le Christ serviteur.

Le diocèse de Saint-Jérôme est riche d’une communauté de dix-sept couples diaconaux, un diacre veuf et trois couples aspirants. Le diocèse de Mont-Laurier compte deux couples diaconaux. Ensemble, ils vivent des rencontres, des temps de retraite, de cheminement et de ressourcement.

Presbytéral

Pour l'animation des communautés chrétiennes disséminées sur tout le territoire de son diocèse, l'évêque doit pouvoir compter en premier lieu sur des hommes qu'il aura chargés de travailler en étroite collaboration avec lui.

Ces hommes reçoivent le nom de prêtres, ce qui rappelle en partie le rôle d'Aaron et des membres de la tribu de Levi dans la vie religieuse des Hébreux et, par la suite, des juifs dans le judaïsme. Les prêtres, parce qu'ils œuvrent de concert avec leur évêque, forment avec lui l'assemblée du presbytérium.

Pour toute demande relative à ce sacrement, veuillez contacter la personne responsable de votre paroisse.

Le sacrement de

l'onction des malades

Le Sacrement de l’onction des malades est le sacrement de la compassion et du réconfort de Dieu. Autrefois appelé l'extrême-onction, c’était le sacrement des mourants. Aujourd’hui, on le reconnait comme un sacrement de vie. Il est l’expression de la présence de Dieu à nos côtés dans les moments difficiles liés à la maladie à tout âge de la vie. Il pacifie le cœur et réconcilie le malade avec lui-même, avec les autres et avec Dieu.

Comment ça se passe ?

La célébration de ce sacrement consiste en l’onction d’huile bénite sur le front et en l’imposition des mains. L’huile des malades apporte force et douceur. Elle pénètre la peau, répand sa bonne odeur et fortifie le corps. L’onction peut être administrée lors d’une célébration dans la paroisse, à l’hôpital ou à domicile. On peut recevoir le sacrement des malades avant ou après une opération grave, ou lorsqu’une maladie grave se présente. Il est aussi offert aux personnes qui connaissent le vieillissement et la perte des capacités physiques et psychologiques. Lorsque la mort est toute proche, il est aussi possible de recevoir l’eucharistie en viatique, l’ultime communion, force du malade au moment de vivre le grand passage de ce monde à l’autre.

Vous souhaitez célébrer l’onction des malades? Contactez votre paroisse, un prêtre se déplacera pour vivre ce moment avec vous.